FR EN

Le centre de radiothérapie du Centre hospitalier EpiCURA a reçu la certification Novalis, une distinction prestigieuse qui témoigne de notre engagement envers la qualité et la sécurité des soins pour nos patients. Cette certification atteste de notre conformité aux normes les plus élevées en matière de traitement stéréotaxique.

En 2017, le centre de radiothérapie d’EpiCURA a fait l’acquisition de deux accélérateurs de dernière génération dont un spécialement dédié à la radiochirurgie et à la stéréotaxie intra et extra cérébrale. Ces traitements de haute précision sont réalisés sur des tumeurs de petites tailles, soit au niveau crânien ou dans d’autres organes (poumon, foie, osseux, prostate, etc.).

Depuis lors, l’équipe de la radiothérapie met en place des procédures et des protocoles conformes aux standards de qualité les plus rigoureux.

Cette démarche a permis une standardisation de nos pratiques, une coordination efficace entre les différents corps de métier impliqués, ainsi qu'un renforcement de la formation continue du personnel. De plus, elle a favorisé une meilleure identification et résolution des risques préventifs, garantissant ainsi la sécurité et l'efficacité des traitements pour nos patients.

EpiCURA est fier du travail accompli par son équipe et de la reconnaissance internationale de nos bonnes pratiques. Cette certification Novalis renforce notre engagement à offrir des soins de qualité supérieure à nos patients, en veillant toujours à leur bien-être et à leur sécurité.

La certification Novalis renforce la position de l'hôpital EpiCURA en tant que leader régional dans le domaine de la radiothérapie et dans la prise en charge des cancers.

En cette journée mondiale de la terre, EpiCURA fait le bilan de son impact en termes de déchets dits "à risque". Les actions liées au développement durable mises en place depuis plusieurs années portent leurs fruits avec des chiffres encourageants ! En 2021, le tonnage de déchets B2 (déchets dits "à risques" issus de l'activité hospitalière qui présentent un risque infectieux) s'élevait à 295 tonnes. Il est descendu à 203,5 tonnes en 2023, soit une réduction impressionnante de 91,5 tonnes.

Le tri des déchets constitue un enjeu majeur pour un groupe hospitalier de la taille d'EpiCURA. A force d'efforts quotidiens, de rappels des bonnes pratiques lors d'audits et des journées d'accueil des nouveaux engagés, les comportements évoluent, les lignes bougent et les résultats sont visibles. Aujourd'hui, nous pouvons nous réjouir de la réduction considérable de déchets B2 ainsi que de B1 (déchets classiques issus de l'activité hospitalière), la filiale la plus coûteuse à évacuer. En effet, les déchets B2 sont déversés dans les mêmes incinérateurs que les B1 et, pourtant, le coût de leur traitement est 10 fois supérieur. Dans un premier temps, les B2 sont envoyés dans un centre unique en Belgique (Thumaide), ce qui représente un coût de transport important. Ils sont ensuite pesés avant d'être incinérés. La différence importante de prix par rapport aux déchets B1 est difficilement justifiable puisqu'il n'existe pas de traitement particulier. Aujourd'hui, grâce au respect du tri et à la mise en place de nouvelles filiales de tri (verre, déchets ménagers...), la part de déchets recyclés augmente et l'empreinte carbone d'EpiCURA diminue.

Sous le slogan "EpiCURA soigne aussi la planète", de nombreuses actions sont menées par nos collaborateurs depuis 5 ans maintenant, date de la signature de notre charte du développement durable.

Partenaires depuis 2016, l’UMONS et le Centre Hospitalier EpiCURA ont intensifié leur collaboration en lançant officiellement le 12 avril une Chaire Innovation Santé dédiée à la recherche dans le domaine médical et dans les nombreuses disciplines liées à la vie hospitalière.

En signant officiellement la convention de la Chaire Innovation Santé le vendredi 12 avril 2024, l’UMONS et le Centre Hospitalier EpiCURA ont franchi une nouvelle étape dans une aventure entamée il y a huit ans. « Nous avons déjà signé un premier accord en 2016, accord qu’on développe et amplifie par le biais de cette Chaire », a d’ailleurs souligné François Burhin, Directeur Général du Centre Hospitalier EpiCURA.

« Nous confirmons un partenariat », a commenté dans le même sens le Recteur de l’UMONS, le prof. Philippe Dubois. « Depuis près de huit ans maintenant, nous travaillons dans le management de la qualité, la gestion des risques hospitaliers, l’ingénierie des processus, le développement d’outils basés sur l’intelligence artificielle pour le développement médical, le développement d’études de différentes maladies, la gestion du stress et la gestion émotionnelle du personnel soignant en situation de crise sanitaire. Et cette liste n’est pas exhaustive », a-t-il ajouté.

1000062960 recadreDans le cadre de cette collaboration prolongée, EpiCURA allouera un budget de 100.000 euros par an, pendant 5 années, pour le financement de recherches scientifiques, la création de formations-actions dans le domaine de la médiation et l’organisation de conférences destinées à un large public dans les domaines de l’innovation médicale ou encore de l’éthique.

La Chaire Innovation Santé s’articulera autour d’actions dédiées à la recherche et à la formation. L’UMONS apportera ses compétences et son expertise en matière de recherche et formation, notamment dans les domaines traités par ses Instituts de Recherches et par ses Facultés. De son côté, EpiCURA amènera ses compétences et son expertise opérationnelle dans les différents domaines de l’action hospitalière (médical, soins infirmiers, soins paramédicaux…) et, plus largement, dans toutes les matières intéressant une grande entreprise.

Première thèse co-financée

En termes de recherche, la Chaire permettra non seulement de renforcer les collaborations scientifiques déjà existantes entre l’UMONS et EpiCURA, mais aussi de développer de nouvelles recherches, notamment au travers de thèses co-financées. Une première thèse co-financée a d’ailleurs déjà démarré. Les travaux sont menés au sein du laboratoire de Biochimie Métabolique et Moléculaire du Pr. Anne-Emilie Declèves et au sein du département de Néphrologie et de Dialyse d’EpiCURA, sous la direction du Dr Frédéric Debelle. Le sujet concerne un problème de santé publique, à savoir la maladie rénale chronique.

La maladie rénale chronique représente un défi sérieux dont la prévalence ne fait qu’augmenter. Les facteurs de risque cliniques de la progression de la maladie rénale chronique comprennent notamment les maladies cardiovasculaires, l'hypertension artérielle, le diabète et l'obésité.

Récemment, il a été démontré qu'une nouvelle classe d'agents antidiabétiques, les inhibiteurs du cotransporteur sodium-glucose 2 (SGLT2i), offrait une protection rénale supplémentaire, même en cas de maladie rénale chronique non diabétique. Les mécanismes sous-jacents ne sont pas encore entièrement compris. Par conséquent, dans le cadre de sa thèse, Francesca Luna Vargas investiguera par des approches in-vitro et cliniques, les effets de ces inhibiteurs sur le métabolisme cellulaire de cellules rénales, appelée cellules tubulaires proximales. Francesca Luna Vargas travaillera également sur la recherche de métabolites biomarqueurs des effets bénéfiques de ces agents grâce au support de la plateforme du bioprofiling de l’UMONS, avec l’aide du Pr. Jean-Marie Colet.

Cette démarche promet d'ouvrir de nouvelles perspectives dans la protection rénale, offrant ainsi un espoir pour une gestion plus efficace de la maladie rénale chronique.

Cycle de conférences

En termes de formation, les deux partenaires mettront en place un cycle de conférences dans le domaine de l’innovation médicale, à destination des professionnels de la santé ainsi qu’aux étudiants et chercheurs des Facultés de l’UMONS dont la Faculté de Médecine, Pharmacie et Sciences Biomédicales. Des formations seront également proposées aux professionnels d’EpiCURA notamment dans la thématique de la médiation hospitalière, et ce, en collaboration avec la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation de l’UMONS.

Au niveau des conférences qui seront organisées à destination du grand public, le Directeur Général du Centre Hospitalier EpiCURA François Burhin annonce des thèmes disruptifs. « C’est-à-dire d’avoir des personnalités qu’on n’a pas l’habitude d’entendre, et qui viennent avec une autre approche de la santé. On espère que cela intéressera à la fois un public de professionnel, mais aussi un public un peu plus large.»

Cette nouvelle Chaire vient s’ajouter aux sept autres Chaires en cours à l’UMONS. « L’attractivité de l’université est de plus en plus présente. Nous sommes sollicités pour des partenariats. Nous avons actuellement huit Chaires, dont la moitié concerne le domaine de la santé », a rappelé le prof. Philippe Dubois.

Trois autres Chaires sont en cours de construction, ce qui portera à 11 le nombre de Chaires à l’UMONS.

Notre équipe de la maternité des Dix Lunes vous donne rendez-vous le dimanche 28 avril de 9h à 18h sur le site d'Ath.

Comme le dit si bien le proverbe africain, "il faut tout un village pour élever une enfant". C'est dans cette philisophie que la maternité vous ouvre ses portes et vous invite à découvrir les différents collaborateurs externes qui gravitent autour de la future famille.

Au programme :

  • Rencontre avec l'équipe de la maternité
  • Visite guidée de la maternité et du bloc d'accouchements (selon l'occupation des salles)
  • Activités diverses
  • Stands

Suivez notre page Facebook pour ne rien manquer de cet événement